Calmer la nervosité des enfants

Face à une crise nerveuse ou à un caprice violent, il est inutile d’allonger la durée : nous devons donner des réponses brèves et décisives. Dans le livre “Your child and aggression” de T. Berry Brazelton et Joshua D. Moineau, on peut lire : “Immédiatement après la crise de colère, pendant laquelle il s’est jeté à terre, l’enfant aura besoin de la protection forte et rassurante des bras aimants… Mais au milieu d’une crise de colère, les câlins ne servent à rien. L’enfant est effrayé par sa propre perte de contrôle. C’est peut-être la raison pour laquelle, dans certains cas, il s’énerve à plusieurs reprises, jusqu’à ce qu’il apprenne à se maîtriser”, mais plus tard, dans les jours et les semaines qui suivent, lorsque la nervosité est passée, il peut être très utile de parler à l’enfant et, d’une part, de lui expliquer pourquoi ils ont décidé de ne pas se laisser tenter et, d’autre part, de le rassurer sur notre amour.Il y a des situations où les enfants font des crises de colère parce qu’ils vivent une période de nervosité causée par des changements ou des situations qui créent des malaises et des insécurités particulières : la naissance d’un frère, le début de la maternelle ou de l’école primaire, le changement de maison ou de ville, la séparation des parents.Dans tous ces cas, tout en restant très ferme au moment du caprice, nous devons rassurer davantage sur notre affection, lorsque le moment de la nervosité passe : quelques câlins, quelques baisers et un peu plus d’amour vous aiderez certainement à contenir sa nervosité (et la nôtre aussi).

L’importance de savoir comment dire non

Montrer de l’affection à nos enfants, ce n’est pas se laisser aller à leurs caprices. Dans l’introduction de “Dites non à vous enfants” d’Asha Philips, l’auteur écrit : “Je pense qu’en ne disant pas non au bon moment, nous risquons de nous priver, nous et nos proches, d’opportunités et de ressources ; nous nous limitons trop en n’exerçant pas nos “muscles émotionnels”. Un non n’est pas nécessairement un rejet de l’autre ou une tergiversation, mais plutôt une preuve de confiance en sa force et ses capacités. L’incapacité de dire non aux enfants est un mal commun. Souvent, nous, les parents, avons tendance à céder aux caprices continus, et parfois absurdes, de nos enfants. Cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas faire d’erreurs, qu’on ne peut pas céder, parce que parfois ça arrive, et c’est humain ; cela veut juste dire que, comme parents, nous avons la tâche de garder le contrôle et de ne pas nous impliquer dans la nervosité des enfants, car, comme le dit Asha Philips, “rarement les concessions faites pour vivre tranquille s’avèrent efficaces”.

Qui s’occupe de la famille ?

Dans les caprices des enfants, il y a souvent un défi : je vous mets au défi de voir qui est le plus fort.  Ce n’est évidemment pas une compétition entre nous et eux, mais nous devons faire preuve de détermination ; un parent faible qui dit toujours oui aux caprices n’aide pas ses enfants.Le psychothérapeute Paolo Roccato, dans un spécial sur les caprices, publié dans la revue UPPA en juillet 2013, écrit : “Dans les cas où l’enfant essaie de tester la relation avec le caprice pour vérifier si l’adulte est faible, fragile, inconsistant, ou s’il peut cependant être fort et rassurant, il est nécessaire pour lui de répondre (pour le moment et encore plus tard) par des moyens cohérents, clairs et rigoureux qui seront alors sécurisant.”Notre faiblesse en tant que parents n’aide donc pas seulement à résoudre les caprices et la nervosité des enfants, mais risque de les désorienter, ce qui est donc contre-productif.